changer


changer

changer [ ʃɑ̃ʒe ] v. <conjug. : 3>
changier fin XIIe; bas lat. cambiare, lat. imp. cambire, probablt d'orig. celtique
I V. tr.
1Céder (une chose) contre une autre. échanger, troquer. Changer une chose pour, contre une autre. Changer sa vieille voiture. remplacer. Je ne changerais pas ma place pour la sienne. abandonner, céder, donner, quitter, renoncer (à).Absolt Je ne changerais pas avec lui. Spécialt Changer mille francs, de l'argent; des dollars contre des francs. convertir; change.
2Remplacer (qqch., qqn) par une chose, une personne (de même nature). Changer la roue d'une voiture. Changer les rideaux de sa chambre. Changer le personnel d'une administration. Changer le nom d'une rue. débaptiser. Changer les draps : mettre des draps propres. Changer le linge d'un malade, la couche d'un bébé ( change) . Par ext. Changer qqn, changer ses vêtements, son linge. Changer un bébé, remplacer sa couche.
3Changer qqch., qqn de : faire subir une modification quant à. On ne le changera pas de caractère. Changer une chose de place, la mettre ailleurs. ⇒ déplacer, déranger, intervertir, inverser, transférer, transplanter, transposer. Changer la place, l'ordre, l'arrangement de plusieurs choses. Changer qqn de poste. déplacer , 2. muter.
4Rendre autre ou différent (compl. abstrait ou indéf.). modifier. Changer ses dispositions, ses plans, ses projets, sa manière de vivre. Vouloir tout changer. bouleverser, innover, réformer, rénover, renverser, réorganiser, révolutionner, transformer; fam. chambarder, chambouler. « Que peu de temps suffit pour changer toutes choses ! » ( Hugo). Les choses sont bien changées. autre, différent. Changer l'ordre des choses, le destin. Ça m'a changé la vie. Changer ses batteries; changer son fusil d'épaule. Changer sa voix pour n'être pas reconnu. contrefaire, déguiser. Changer le sens d'un texte. altérer, défigurer, déformer, dénaturer, fausser, truquer. Il n'y a pas une virgule à changer. Changer la forme de son ouvrage, de son discours. refondre, remanier, remodeler, transposer. Fam. Changer les idées à qqn. divertir. Elle a besoin de se changer les idées.
Changer qqn. On ne le changera pas. (Sujet chose) Changer qqn, le faire paraître différent. Cette nouvelle coiffure vous change, vous change beaucoup.
5CHANGER (qqch., qqn) EN. convertir, métamorphoser, muer, transfigurer, transformer. La femme de Loth « fut changée en une statue de sel » ( BIBLE ). Les alchimistes espéraient changer les métaux en or. transmuer. Changer un doute en certitude. Changer une peine en une autre. commuer. Changer qqch. en bien, en mieux ( améliorer, 1. bonifier) , en mal, en pire ( aggraver, altérer, empirer) .
6 ♦ CHANGER (qqch.) À : modifier un élément de. Ne rien changer à ses habitudes. Vous n'y changerez rien. Cela ne changera rien à l'affaire, à ma décision.
II V. tr. ind. CHANGER DE.
1Changer de place : quitter un lieu pour un autre. ⇒ bouger, se déplacer, remuer. Fam. Changer de crémerie. Changer de place avec qqn. permuter. Changer de logement. déménager. Changer de pays. émigrer, s'expatrier. « En changeant de pays, la pudeur change de place » (Flaubert). Changer d'air. Changer de file (en conduisant). Changer de cap, de direction, de route. tourner. Changer d'amures, de voiles. virer. Changer de camp.
2Abandonner, quitter (une chose, une personne) pour une autre de la même espèce, du même genre. substituer (à). Changer de cheval, de voiture. Changer de vitesse. Changer de gouvernement, de régime. Changer de secrétaire. Les voyageurs pour Laon changent de train. Absolt Il faut changer à Opéra. Changer de décor. Changer de robe, de chemise. Elle a changé de coiffure, de look. Changer de sexe ( transsexuel) . Changer d'orientation professionnelle. se reconvertir, se recycler. Changer de chaîne (de télévision). zapper; région. pitonner. Fam. Changer de disque. Il faut un peu changer de lectures. diversifier, varier. Il change sans cesse de sujet. papillonner, voltiger . « il n'est qu'une façon de se reposer, et c'est de changer de travail » (Duhamel). Changer d'attitude, de conduite, d'humeur, de langage, de manière, de ton, de vie. Il a changé d'idée. Rien ne le fera changer d'avis. Il change d'opinion à tout moment. changeant, versatile; se dédire, fluctuer, se rétracter, varier , virer (cf. Retourner sa veste, tourner casaque). « ma résolution était prise et rien ne pouvait plus m'en faire changer » (France). Changer de religion. se convertir.
(Sens pass.) Avoir, recevoir (un autre caractère). La rue a changé de nom. La maison a changé de propriétaire, de mains. Changer de couleur, de visage, de tête, sous l'effet d'une émotion. ⇒ se troubler; pâlir, rougir. « Vous vous troublez, Madame, et changez de visage » (Racine). « L'homme comme un nuage erre et change de forme » (Hugo). se métamorphoser, se transformer.
III V. intr. Devenir autre, différent, éprouver un changement. évoluer, se modifier, se transformer, varier. « Tout change dans la nature, tout est dans un flux continuel » (Rousseau). Les choses ont changé. Rien n'a changé. « Plus ça change, plus c'est la même chose » (A. Karr). Manger du poisson, ça change. La quantité, la dimension a changé. augmenter, diminuer. Le temps va changer. Le vent a changé. tourner. Changer du tout au tout, du jour au lendemain, brusquement, subitement, à vue d'œil. Elle n'a pas changé, elle est toujours la même. vieillir. Elle a changé à son avantage. (Au moral) Changer en mieux. s'améliorer, s'amender, se corriger. Par antiphr. Pour changer : pour ne pas changer, comme d'habitude. Et pour changer, elle est encore en retard. IV V. pron. (v. 1175) SE CHANGER
1Se changer en : se convertir en, faire place à. La citrouille se changea en carrosse.
2(1787) Changer de vêtements. Se changer pour dîner. Vous êtes bien mouillé, changez-vous.
⊗ CONTR. Conserver, garder, maintenir, persévérer, persister; demeurer, durer, subsister.

changer verbe transitif (latin populaire cambiare, troquer) Céder quelque chose pour autre chose, l'échanger : Changer des livres contre des disques. Convertir une monnaie en une autre monnaie, échanger une somme d'argent contre une même somme en pièces ou en billets de valeurs différentes : Changer des dollars en yens. Remplacer quelque chose, quelqu'un par quelque chose, quelqu'un d'autre de même nature, de même fonction : Changer les assiettes. Changer le caissier d'une banque. Remplacer quelqu'un, quelque chose par quelqu'un, quelque chose d'autre de même apparence, par malveillance ou malhonnêteté : Elle est persuadée que le bijoutier a changé les pierres de sa bague. Mettre quelqu'un, quelque chose à un autre poste, etc. : Vous gênez ici, changez votre voiture de place. Transformer quelque chose, quelqu'un en quelque chose ou quelqu'un d'autre, le faire passer à un autre état : Les alchimistes tentaient de changer certains métaux en or. Mettre des couches propres à un bébé, du linge propre à un enfant, à un malade. Modifier quelque chose, quelqu'un, le rendre différent : Changer le sens d'une phrase. Cette nouvelle coiffure la change complètement. Faire sortir quelqu'un de ses habitudes, rompre la monotonie de ses activités et, en particulier, le distraire : Vous devriez accepter cette proposition de voyage, cela vous changerait un peu.changer (difficultés) verbe transitif (latin populaire cambiare, troquer) Conjugaison 1. Le g devient -ge- devant a et o : je change, nous changeons ; il changea. 2. Changer, verbe intransitif, s'emploie avec avoir pour exprimer l'action et avec être pour exprimer l'état résultant de l'action : le temps a changé depuis hier ; le temps est changé aujourd'hui. Construction 1. Changeren = transformer en. L'irrigation a changé le désert en plaine fertile. 2. Changercontre, changer pour = échanger. Changer cinq francs contre un dollar ou pour un dollar. Remarque 1.Changer contre est plus fréquent, sauf dans certaines locutions proverbiales, notamment changer son cheval borgne pour un aveugle. 2. La langue classique usait également de la construction changer au, disparue aujourd'hui : « L'humble toit devient temple, et ses murs / Changent leur frêle enduit aux marbres les plus durs »(La Fontaine). Sens Changer / échanger. Changer peut signifier aussi « céder (une chose) contre (une autre) », comme échanger, mais échanger insiste sur le consentement mutuel qui préside à l'échange. ● changer (expressions) verbe transitif (latin populaire cambiare, troquer) Changer quelque chose à quelque chose, ne rien changer à quelque chose, en modifier un élément, un détail, ne pas y toucher, ne pas agir sur une situation : Ne rien changer à ses habitudes. Changer quelque chose, quelqu'un en bien, en mal, le modifier en l'améliorant ou en l'abîmant. Changer les idées à quelqu'un, le distraire de ses soucis. Changer les voiles, les brasser d'un autre bord, ou les border du bord opposé à celui où elles le sont. ● changer (synonymes) verbe transitif (latin populaire cambiare, troquer) Céder quelque chose pour autre chose, l'échanger
Synonymes :
- échanger
Contraires :
Remplacer quelque chose, quelqu'un par quelque chose, quelqu'un d'autre de même nature...
Synonymes :
Contraires :
- perpétuer
Transformer quelque chose, quelqu'un en quelque chose ou quelqu'un d'autre, le faire...
Synonymes :
Modifier quelque chose, quelqu'un, le rendre différent
Synonymes :
- altérer
- métamorphoser
- réformer
- rénover
changer verbe transitif indirect Échanger une place, une fonction, etc., avec quelqu'un d'autre : Changer de place avec son voisin. Abandonner quelque chose, se séparer de quelque chose, de quelqu'un, pour quelque chose ou quelqu'un d'autre pouvant remplir le même rôle, la même fonction : Changer de secrétaire. Quitter un lieu, une direction pour aller ailleurs : Si vous changez d'adresse, prévenez-nous. Adopter une autre opinion, une autre attitude : Il a réussi à me faire changer d'avis. Passer d'un autobus dans un autre, prendre une correspondance en train ou en métro : Changer à Saint-Lazare. Subir une modification dans son aspect, devenir différent : Le papier peint a changé de couleur.changer verbe intransitif être changé verbe passif Devenir différent ; se transformer, évoluer, être modifié : Tout a (est) changé ici, on ne reconnaît plus rien. Être remplacé par quelqu'un ou quelque chose d'autre : Le président de l'association change tous les ans.changer (citations) verbe transitif indirect Victor Hugo Besançon 1802-Paris 1885 Que peu de temps suffit pour changer toutes choses ! Nature au front serein, comme vous oubliez ! Les Rayons et les Ombres, Tristesse d'Olympio Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière Paris 1622-Paris 1673 GÉRONTE — Il me semble que vous les placez autrement qu'ils ne sont ; que le cœur est du côté gauche et le foie du côté droit. SGANARELLE — Oui, cela était autrefois ainsi, mais nous avons changé tout cela. Le Médecin malgré lui, II, 4 Henry Millon de Montherlant Paris 1895-Paris 1972 Académie française, 1960 Si je pouvais changer un peu de contemporains ! Malatesta, II, 5, Malatesta Gallimard Napoléon Ier, empereur des Français Ajaccio 1769-Sainte-Hélène 1821 Les hommes qui ont changé l'univers n'y sont jamais parvenus en gagnant des chefs ; mais toujours en remuant des masses. Cité par Las Cases dans le Mémorial de Sainte-Hélène Jules Renard Châlons, Mayenne, 1864-Paris 1910 C'est une question de propreté : il faut changer d'avis, comme de chemise. Journal, 17 octobre 1902 Gallimard Arthur Rimbaud Charleville 1854-Marseille 1891 Il a peut-être des secrets pour changer la vie ? Une saison en enfer, Délires I changer (difficultés) verbe transitif indirect Conjugaison 1. Le g devient -ge- devant a et o : je change, nous changeons ; il changea. 2. Changer, verbe intransitif, s'emploie avec avoir pour exprimer l'action et avec être pour exprimer l'état résultant de l'action : le temps a changé depuis hier ; le temps est changé aujourd'hui. Construction 1. Changeren = transformer en. L'irrigation a changé le désert en plaine fertile. 2. Changercontre, changer pour = échanger. Changer cinq francs contre un dollar ou pour un dollar. Remarque 1.Changer contre est plus fréquent, sauf dans certaines locutions proverbiales, notamment changer son cheval borgne pour un aveugle. 2. La langue classique usait également de la construction changer au, disparue aujourd'hui : « L'humble toit devient temple, et ses murs / Changent leur frêle enduit aux marbres les plus durs »(La Fontaine). Sens Changer / échanger. Changer peut signifier aussi « céder (une chose) contre (une autre) », comme échanger, mais échanger insiste sur le consentement mutuel qui préside à l'échange. ● changer (expressions) verbe transitif indirect Changer de tête, de visage, perdre contenance sous l'effet d'une forte émotion. Changer du tout au tout, être complètement transformé. Et pour changer, se dit ironiquement de quelque chose qui se répète. ● changer (synonymes) verbe transitif indirect Échanger une place, une fonction, etc., avec quelqu'un d'autre
Synonymes :
- échanger
Abandonner quelque chose, se séparer de quelque chose, de quelqu'un, pour quelque chose...
Contraires :
Subir une modification dans son aspect, devenir différent
Synonymes :
- évoluer
- se modifier
Contraires :
changer (citations) verbe intransitif être changé verbe passif Georges Clemenceau Mouilleron-en-Pareds, Vendée, 1841-Paris 1929 L'homme absurde est celui qui ne change jamais. Discours de guerre Plon Sidonie Gabrielle Colette Saint-Sauveur-en-Puisaye, Yonne, 1873-Paris 1954 Le tout est de changer. Mes apprentissages Ferenczi Alphonse Karr Paris 1808-Saint-Raphaël 1890 Plus ça change, plus c'est la même chose. Les Guêpes Alphonse de Prât de Lamartine Mâcon 1790-Paris 1869 Je ne veux pas d'un monde où tout change, où tout passe. Premières Méditations poétiques, la Foi Jules Michelet Paris 1798-Hyères 1874 La femme change et ne change pas. Elle est inconstante et fidèle. Elle va muant sans cesse dans le clair-obscur de la grâce. Celle que tu aimas ce matin n'est pas la femme du soir. L'Amour, Introduction Alfred de Musset Paris 1810-Paris 1857 Et ne vois-tu pas que changer sans cesse Nous rend doux et chers les plaisirs passés ? Premières Poésies, Chanson Marcel Proust Paris 1871-Paris 1922 Quand on a beaucoup changé, on est induit à supposer qu'on a plus longtemps vécu. À la recherche du temps perdu, la Fugitive Gallimard Pierre de Ronsard château de la Possonnière, Couture-sur-Loir, 1524-prieuré de Saint-Cosme-en-l'Isle, près de Tours, 1585 On ne meurt point, on change seulement De forme en autre, et ce changer s'appelle Mort, quand on prend une forme nouvelle […]. Discours de l'altération et change des choses humaineschanger (difficultés) verbe intransitif être changé verbe passif Conjugaison 1. Le g devient -ge- devant a et o : je change, nous changeons ; il changea. 2. Changer, verbe intransitif, s'emploie avec avoir pour exprimer l'action et avec être pour exprimer l'état résultant de l'action : le temps a changé depuis hier ; le temps est changé aujourd'hui. Construction 1. Changeren = transformer en. L'irrigation a changé le désert en plaine fertile. 2. Changercontre, changer pour = échanger. Changer cinq francs contre un dollar ou pour un dollar. Remarque 1.Changer contre est plus fréquent, sauf dans certaines locutions proverbiales, notamment changer son cheval borgne pour un aveugle. 2. La langue classique usait également de la construction changer au, disparue aujourd'hui : « L'humble toit devient temple, et ses murs / Changent leur frêle enduit aux marbres les plus durs »(La Fontaine). Sens Changer / échanger. Changer peut signifier aussi « céder (une chose) contre (une autre) », comme échanger, mais échanger insiste sur le consentement mutuel qui préside à l'échange.

changer
v.
rI./r v. tr.
d1./d Céder en échange (une chose pour une autre).
Spécial. Convertir. Changer des francs en dollars. Changer des francs pour des livres sterling.
d2./d Renouveler, remplacer (qqch, qqn). Changer la décoration d'une pièce.
|| Changer un bébé, changer ses couches.
d3./d Rendre différent. Changer ses plans. Son mariage l'a changé.
Fam. Changer les idées: distraire.
d4./d Changer (qqch) en...: transformer en... Son attitude a changé mes soupçons en certitude.
rII./r v. tr. indir. Changer de.
d1./d Quitter un lieu pour un autre. Changer de place. Changer d'air: partir.
d2./d Quitter une (des) chose(s) pour une (d')autre(s). Changer de chaussures. Il change d'avis très souvent.
d3./d Quitter une (des) personne(s) pour une (d')autre(s). Changer de partenaire.
rIII/r v. intr. évoluer, se modifier. Le temps est en train de changer.
Par antiphrase. Iron. Pour changer: comme toujours.
rIV./r v. Pron.
d1./d Se transformer. La chenille se change en papillon.
d2./d Changer de vêtements. Change-toi pour sortir.

⇒CHANGER, verbe.
Faire ou devenir autre.
I.— Emploi trans. dir. [Le changement affecte le compl. d'obj.] Faire autre, faire que quelque chose ou quelqu'un soit autre.
A.— 1. [Sans compl. second. prép.]
a) Rendre plus ou moins différent, transformer, modifier. Changer ses projets; changer le sens d'un texte; le fard change son visage. — Comment avez-vous pu la changer [ma fille], à ce point? (DRIEU LA ROCHELLE, Rêveuse bourgeoisie, 1939, p. 148) :
1. Maintenant elle croyait voir M. Delaunay jouant pour la cent vingtième fois le cinquième acte d'une pièce à succès. Il fallait changer ses effets.
MAUPASSANT, Contes et nouvelles, t. 1, Le Rendez-vous, 1889, p. 1113.
2. Sur ces entrefaites, il tomba malade, d'une fluxion de poitrine. Cela changea le tour de ses pensées.
GUÉHENNO, Jean-Jacques, En marge des « Confessions », 1948, p. 180.
P. brachylogie, MAR. Changer la barre. Modifier (la position) de la barre. De même : changer les voiles, les écoutes.
Rem. Avec des déterminants du verbe indiquant le degré de la transformation. Changer complètement, partiellement, etc.
b) Remplacer, renouveler, mettre à la place quelque chose de différent mais de même nature ou fonction. Changer l'air; changer les rideaux, les draps :
3. Son nom de baptême est Radégonde. — Je n'aime pas beaucoup (...) changer, comme c'est l'usage, le nom des serviteurs.
A. FRANCE, Le Petit Pierre, 1918, p. 201.
4. ... Justin, pressé par la vérité, n'a pensé, pas même un instant, à regrouper les traits, à changer les noms propres, à recomposer les événements, à se livrer enfin à la véritable besogne du romancier.
G. DUHAMEL, Chronique des Pasquier, La Nuit de la Saint-Jean, 1935, p. 8.
P. ell. Changer un bébé, un malade. Leur mettre du linge propre :
5. [La princesse :] — ... Moi, je ne voyais que mon fils, je vivais avec mon fils, je ne laissais pas sa gouvernante l'habiller, le déshabiller, le changer.
BALZAC, Les Secrets de la princesse de Cadignan, 1839, p. 353.
Rem. 1. Avec des déterminants de l'obj. indiquant l'étendue du renouvellement : changer tous les rideaux. 2. La langue dispose de plusieurs moyens d'expression pour indiquer qui est intéressé au changement. a) La pers. intéressée est le suj. : adj. poss. changer ses habitudes; pron. réfl. ind. je me change les idées. b) La pers. intéressée n'est pas le suj. : changer (à) + pron. ou nom désignant la pers. cela me changera les idées.
2. [Avec un compl. second. précisant l'aboutissement du changement]
a) Emplois prép.
[Le changement est une transformation, une mutation affectant la substance de l'obj.] Changer qqc. en + subst. (indiquant la forme ou la nature nouvelle de l'obj.). Rendre autre. Changer le plomb en or :
6. Votre maison possède une propriété merveilleuse, celle de changer les perles en diamants.
A. DUMAS Père, Piquillo, 1837, II, 3, p. 234.
7. Si le paysan changeait son champ en pré, il privait le curé de sa dîme; ...
ERCKMANN-CHATRIAN, Histoire d'un paysan, t. 1, 1870, p. 11.
Rem. La construction arch. changer au (au = en le). « Vous, Marie-Augustine! ô ma fille et ma sœur!... Vous changez le nom d'Ève au saint nom de Marie... » (A. FRANCE, Poésies, Les Noces corinthiennes, Paris, Calmann-Lévy, 1876 [1925], p. 387).
[Le changement est une modification de la manière d'être de l'obj.]
Changer qqc. ou qqn de + subst. (indiquant la nouvelle manière d'être de l'obj.). Changer un objet de place. Déplacer un objet. Changer qqn de poste. Placer sur un autre poste — quelqu'un :
8. Notre-Dame de Bétharram (...) est un des lieux d'excursion les plus connus des pèlerins qui vont y passer quelques heures, afin de changer leur piété de place.
HUYSMANS, Les Foules de Lourdes, 1906, p. 7.
Changer le fusil d'épaule. Placer sur une autre épaule — le fusil. Fig. Changer son fusil d'épaule. Adopter une autre manière d'agir, de penser.
Changer qqc. à qqn ou qqc. Ne rien changer à rien; changer les idées à quelqu'un :
9. — Faudra que tu viennes passer quelque temps avec moi, à l'île de Grâce, ça te changera les idées.
G. GUÈVREMONT, Le Survenant, 1945, p. 265.
[Le changement est un échange qui affecte l'obj., une substitution à l'identique affectant l'obj.] Changer qqn, qqc. pour/contre + subst. (indiquant ce qui est substitué à ce que désigne le compl. d'obj.) :
10. Dans une ville d'Andalousie, une comédienne aux membres maigres, pour qui il [don Quichotte] avait mangé les trois quarts de sa terre, l'avait changé contre un plus riche, en riant de lui.
P.-J. TOULET, Le Mariage de Don Quichotte, 1902, p. 22.
11. ... il en [des lapins] mange tant qu'il veut et il en met de côté, à sa cave, pour les changer, après, contre des pommes de terre, avec ce vieux fou des Bourettes.
GIONO, Regain, 1930, p. 53.
Proverbe. Changer son cheval borgne pour un aveugle. Échanger une chose mauvaise contre une plus mauvaise encore.
BANQUE. Changer des dollars contre des francs. Convertir des dollars en francs.
b) Emplois abs. [Avec ell. du compl. d'obj. dir.]
Ceci me change [les idées, mes habitudes] :
12. SIMON. — Alors, le genre, chez vous, est d'aimer les maîtres?
MARIETTE. — Oui, mon cher; si ça ne vous va pas...
SIMON. — Oh! ça m'est égal... Ça me change!
E. AUGIER, Lions et renards, 1870, VI, p. 156.
Changer des francs. Les convertir dans une autre monnaie (cf. supra banque).
Fam. Faire de la monnaie :
13. Avant de lâcher l'argent nécessaire à leur subsistance journalière, la Sauviat fouillait dans ses deux poches cachées entre sa robe et son jupon, et n'en ramenait jamais que de mauvaises pièces rognées, des écus de six livres ou de cinquante-cinq sous, qu'elle regardait avec désespoir avant d'en changer une.
BALZAC, Le Curé de village, 1839, p. 7.
B.— Emplois pronom.
1. Absol. Ôter ses vêtements pour en mettre d'autres :
14. — Envoyez Moan se changer, avait-il [le capitaine] dit.
Et Moan, quatre à quatre, était monté se mettre en toilette de ville...
LOTI, Pêcheur d'Islande, 1886, p. 110.
2. [Constr. trans.] Se changer les idées. Se distraire :
15. Mme Rosenthal tapota la main de Mme Kamenskaia et Mme Lyons dit que la comtesse devrait bien chanter des choses russes pour se changer les idées; ...
NIZAN, La Conspiration, 1938, p. 147.
3. [Constr. prép.] Se changer en
a) Réfl. Se transformer en :
16. Elle l'attendait, elle n'était pas surprise de le voir enfin se changer en prince.
ZOLA, Le Rêve, 1888, p. 120.
b) Passif. Être transformé en :
17. ... Ce métal [l'or] si pesant, quand il s'associe d'une fantaisie, prend les vertus les plus actives de l'esprit. Il en a la nature inquiète. Son essence est de fuir. Il se change en toutes choses, sans être changé lui-même.
VALÉRY, Eupalinos, 1923, p. 136.
II.— Emploi abs. [Le changement affecte le suj. animé ou inanimé] Devenir autre, être fait autre.
A.— [Le verbe en dehors de ses déterminations] Tout change, le monde change, les gouvernements changent; j'ai changé :
18. Sinon l'équipe gouvernante changera peut-être, mais l'oppression et l'injustice renaîtront d'elles-mêmes.
B. CACÉRÈS, Hist. de l'éduc. pop., 1964, p. 116.
P. antiphrase. Pour changer! (fam. iron.). Comme d'habitude :
19. Je crois même que Boulanger
M'enthousiasme, pour changer!
Et la Femme donc, dieux cléments!
VERLAINE, Les Épigrammes, 1894, p. 256.
Rem. L'opposition j'ai changé/je suis changé : procès dans son déroulement/état résultant de ce déroulement :
20. CARR, amèrement.
Ah! qu'Olivier est changé!
Un vieux républicain fait tache en son cortège!
Broghill, — un cavalier, — chez Cromwell me protège!
HUGO, Cromwell, 1827, p. 128.
21. MADAME DE VERTPRÉ. — Mais les circonstances politiques sont bien changées!
DE VERTPRÉ. — Changées, changées...
A. DUMAS Père, Le Mari de la veuve, 1832, 9, p. 258.
B.— [Les déterminations du verbe] Devenir différent. Il a changé en bien, en mal; il a beaucoup changé; il a changé du tout au tout. « Il fait trop chaud. Regardez à la girouette si le vent ne change point » (A. FRANCE, La Leçon bien apprise, Paris, Calmann-Lévy, 1908 [1930], p. 75) :
22. Comme les choses changent! changeons aussi, mon amie, désabusons-nous du monde, des créatures, de tout.
E. DE GUÉRIN, Lettres, 1839, p. 302.
23. Quatre ans seulement après Hiroshima, le rapport des forces dans le monde changea brusquement à nouveau.
GOLDSCHMIDT, L'Aventure atomique, 1962, p. 82.
Rem. Les déterminations sont de 2 ordres a) internes, précisant l'étendue, la fréquence, les modalités du changement (changer beaucoup, vite, complètement, lentement, etc.); b) externes, précisant l'aboutissement du changement (changer en mieux, en mal), la nature du changement : changer de + subst., indiquant une manière d'être du suj. Changer de couleur, de caractère (cette dernière constr. se confondant avec la constr. analysée sous II).
III.— Emploi trans. indir. [Le changement affecte le suj. et l'obj.] Changer + de + subst.
A.— [Rapport du verbe avec le suj.]
1. [Le suj. est à l'origine du fait qu'il a provoqué] Changer de voiture. Acquérir une autre voiture. Changer d'assiettes.
En partic. Changer de disque. Remplacer un disque par un autre sur le plateau du tourne-disque. Au fig. Cesser de répéter toujours la même chose.
Changer d'air. Quitter une région pour une autre dont le climat est plus tonique. Au fig. S'en aller vivre ailleurs (cf. également changer de crémerie) :
24. — Nous tiendrons le coup cette fois encore, dit-il d'une voix qui s'affermissait à mesure. Mais je devrais changer d'air. Hein? répondez donc! Un changement d'air me ferait du bien, hé?...
BERNANOS, Un Mauvais rêve, 1948, p. 914.
Changer de train, et p. ell., changer. Quitter un train pour prendre une correspondance :
25. — Nous allons changer de train dans dix minutes. Comment faire pour le chat? Il ne voudra jamais se laisser enfermer.
COLETTE, Sept dialogues de bêtes, 1905, p. 49.
a) MAN. Changer de main. ,,Porter la tête du cheval d'une main à l'autre, pour le faire aller à droite ou à gauche`` (LITTRÉ).
b) TECHNOL. Changer de vitesse. Passer d'une vitesse à une vitesse inférieure ou supérieure dans la conduite d'un véhicule automobile.
2. [Le suj. subit le fait]
Changer de couleur. Laisser, malgré soi, percevoir son trouble :
26. Je sentis que je changeais de couleur...
FROMENTIN, Dominique, 1863, p. 175.
Changer de visage. Perdre contenance :
27. ... Que dites-vous? Ah! ciel! quel adieu! quel langage! Prince, vous vous troublez et changez de visage.
G. DUHAMEL, Chronique des Pasquier, Cécile parmi nous, 1938, p. 201.
3. [Le suj. est témoin du fait] Nous avons changé de gouvernement.
B.— [Rapport du verbe avec l'obj. Celui-ci est nouveau mais appartient à la même catégorie que l'ancien; le compl. désigne cette catégorie dont les plus usuelles sont : une personne familière, un objet d'usage courant (changer de directeur, de livres), un lieu (changer de maison, de train), une occupation, un état (changer de profession, d'état), un comportement moral, intellectuel, affectif (changer de conduite, de manière)] :
28. Ce prototype de tous les charlatans nés et à naître, échappé d'Angleterre, où il avait été condamné à être pendu, changea en quelques années de pays, de religion, d'état et de fortune; ...
JOUY, L'Hermite de la Chaussée d'Antin, t. 4, 1813, p. 143.
29. LORD ORMOND [à Broghill]
...
Moi, j'ai changé d'habits, mais toi, de cœur et d'âme.
HUGO, Cromwell, 1827, p. 53.
30. Les Grecs sont ainsi faits; ils n'aiment rien tant que changer de place.
ABOUT, La Grèce contemporaine, 1854, p. 20.
Rem. 1. Dans l'oppos. changer de rythme, changer de manière et changer son rythme, changer sa manière il faut voir que dans le premier cas l'obj. n'est pas déterminé, l'accent est mis sur le changement alors que dans le second cas l'obj. est déterminé, l'accent est mis sur l'obj. que l'on change. 2. Changer de... avec (rare). Ils changent de nom avec eux (BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, Harmonies de la nature, 1814, p. 313). Ah! si vous vouliez changer de peau avec moi! (CHATEAUBRIAND, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 4, 1848, p. 32).
Prononc. et Orth. :[], (je) change []. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. a) [1er tiers du XIIe s. franco-prov. trans. « rendre autre, modifier » (ALBÉRIC DE PISANÇON, Alexandre ds BARTSCH Chrestomathie, 7, 52, p. 13)]; 1160 « id. » (Enéas, éd. J.-J. Salverda de Grave, 6196); 1580 changer en (MONTAIGNE, Essais, 1, 61 ds LITTRÉ) d'où 1668 « modifier les dispositions de qqn » (J. DE LA FONTAINE, éd. H. Regnier, IV, 476); b) ca 1175 pronom. « se transformer » (BENOIT, Ducs de Normandie, éd. C. Fahlin, 1077); c) 1172-75 intrans. « devenir différent » (CHR. DE TROYES, Chevalier Lion, éd. W. Foerster, 4368); 2. 1155 trans. « remplacer quelque chose par une autre chose de même nature » (WACE, Brut, Paris, éd. I. Arnold, 1938, 3196); a) 1580 changer de (MONTAIGNE, Essais, I, 298 ds LITTRÉ : Changer d'advis); b) 1798 changer, pour changer de linge (Ac.), d'où changer un enfant (ibid.); 3. 1155 intrans. « changer les monnaies en cours contre des valeurs équivalentes » (WACE, St Nicholas, 675 ds KELLER, s.v. tolneu, p. 171); 1165-70 changer à « troquer contre » (CHR. DE TROYES, Erec et Enide, éd. W. Foerster, 1637); 1165-70 changer por (ID., Chevalier Lion, éd. W. Foerster, 2437). Issu du lat. tardif cambiare « troquer », attesté dep. Apulée ds TLL s.v., 200, 71. Mot prob. d'orig. celt. qui a remplacé progressivement l'anc. muer. Fréq. abs. littér. :11 095. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 17 162, b) 13 352; XXe s. : a) 13 273, b) 17 404.
DÉR. Changeable adj. Qui peut être changé. Le caractère d'une nation, modifiable très-lentement à travers les siècles, toujours très-particulier, est moins changeable encore que celui d'un individu, lequel lui-même ne se change guère (SAINTE-BEUVE, Portraits littér., t. 2, 1844-64, p. 163). []. 1res attest. 1170 « changeant » [valeur active] (BENOIT, Ducs de Normandie, éd. C. Fahlin, 28327) — XVe s. ds GDF. Compl.; d'où mil. XIIIe s. « sujet au changement » [valeur passive] (PIERRE D'ABERNUN, Secré de secrez, B.N. 25407, f° 180b ds GDF. Compl.); de changer, suff. -able.
BBG. — GOTTSCH. Redens. 1930, p. 52, 110, 114; pp. 200-201. — GOUG. Lang. pop. 1929, p. 66. — KELLER (H.-E.). Notes étymol. gallo-romane et romane. In : [Mél. Wartburg (W. von)]. Tübingen, 1968, t. 2, p. 240. — LA LANDELLE (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, pp. 241-243. — MOURA SANTOS (M. J. de). R. port. Filol. 1962-63, t. 12, n° 2, p. 654. — QUEM. Fichier.

changer [ʃɑ̃ʒe] v. [CONJUG. bouger.]
ÉTYM. Au XIIe, changier; du bas lat. cambiare; lat. impérial cambire « changer, troquer », probablt mot d'orig. celtique.
———
I V. tr.
1 (Construit avec un compl. dir. et un compl. second introduit par contre, pour…). Abandonner (qqch.) et remplacer par autre chose. Échanger, remplacer, troquer. || Changer une chose pour une autre, contre une autre. || Changer une voiture contre une autre.Changer son cheval borgne contre (ou pour) un aveugle. || Changer sa position contre une autre. || Je ne changerais pas ma place pour la sienne. Abandonner, céder, donner, quitter, renoncer.Absolt. || Je ne changerais pas avec lui. Place (donner, prendre la place).
1 (…) il ne voudrait pas changer sa renommée
Contre tous les honneurs d'un général d'armée.
Molière, les Femmes savantes, I, 3.
2 J'ai quelquefois aimé; je n'aurais pas alors
Contre le Louvre et ses trésors,
Contre le firmament et sa voûte céleste,
Changé les bois, changé les lieux
Honorés par les pas, éclairés par les yeux
De l'aimable et jeune bergère (…)
La Fontaine, Fables, IX, 2.
3 Il y a des maladies qui viennent de ce qu'on change un bon air contre un mauvais.
Montesquieu, Lettres persanes, in Littré.
Spécialt. || Changer un billet contre des pièces de monnaie. || Changer des dollars contre des francs. Change; convertir.(Sans compl. second). || Changer de l'argent, des dollars, des devises.
4 À chaque louis qu'elle changeait, c'était un effort, un arrachement, comme si elle donnait des pierres de son mas (…)
Alphonse Daudet, Numa Roumestan, VII.
Absolt. Faire de la monnaie.
4.1 (…) faute de menue monnaie, on peut crever de faim avec cinquante francs dans sa poche — car, dans aucun des villages que l'on traverse l'on ne trouve à changer.
Gide, Voyage au Congo, in Souvenirs, Pl., p. 814.
2 (Sans compl. second). || Changer qqch., qqn. Remplacer (une chose ou une personne) par une autre de même nature. || Changer sa voiture, son piano. || Changer les rideaux de sa chambre. || Changer son itinéraire. || Changer le personnel d'une administration. || Le directeur a été changé.
5 (…) les nations ne changent ou ne modifient jamais leurs gouvernements que quand l'excès de l'oppression les y contraint (…)
Danton in Jaurès, Hist. socialiste, t. IV, la République, p. 15.
6 Tout se tient et je sens, entre tous les faits que m'offre la vie, des dépendances si subtiles qu'il me semble toujours qu'on n'en saurait changer un seul sans modifier tout l'ensemble.
Gide, les Faux-monnayeurs, 1, XI, p. 116.
Changer le nom d'un enfant. Débaptiser. || Changer le titre d'un souverain.
7 (…) ce qui avait inspiré à Cambacérès, consulté sur l'institution de l'Empire, l'argument : A quoi bon changer le titre lorsque la chose existe ?
Louis Madelin, Hist. du Consulat et de l'Empire, l'avènement de l'Empire, VIII, p. 106.
8 Je n'aime pas (…) changer, comme c'est l'usage, le nom des serviteurs.
France, le Petit Pierre, p. 201.
Changer les draps : mettre des draps propres. || Changer le linge d'un malade.Par métonymie. || Changer un malade, un enfant. || Changer un bébé. Change, III.
9 (…) Moi, je ne voyais que mon fils, je vivais avec mon fils, je ne laissais pas sa gouvernante l'habiller, le déshabiller, le changer.
Balzac, les Secrets de la princesse de Cadignan, Pl., t. VI, p. 52.
3 a Changer qqch., qqn de…, faire subir à (qqch., qqn) une modification quant à… (la modification peut concerner la situation ou la nature; → le sens II.). || On ne le changera pas de caractère, d'habitudes. Cf. Il ne changera (II.) pas de… || Changer une chose de place, d'endroit, la mettre ailleurs. Déplacer, déranger, intervertir, inverser, transférer, transplanter, transposer. || Changer quelqu'un de poste. Déplacer, muter.
10 Des pèlerins qui vont y passer quelques heures (à Notre-Dame de Bétharram), afin de changer leur piété de place.
Huysmans, les Foules de Lourdes, p. 7.
b Mar. || Changer la barre (de direction) : mettre le gouvernail dans la direction opposée à celle où il était. Virer. || Changer les voiles.
4 Changer qqch. (Complément abstrait ou indéfini). Rendre autre ou différent. Modifier. || Changer sa manière de vivre. || Changer ses dispositions, ses plans, ses projets. || Changer les lois, les institutions, les mœurs, les coutumes. || Changer l'ordre, le cours des choses, le destin. || Il voudrait changer la face de la terre. Renouveler.(Le compl. est un pronom). || Tout changer. || Vouloir tout changer. Bouleverser, innover, réformer, renouveler, rénover, renverser, révolutionner, transformer. || Changer qqch. || Ne rien changer. || Ne changez rien à vos habitudes. || Changer qqn. || Changer les hommes, les cœurs. || Cela vous change, ça vous changera.(Passif et p. p.). || Être changé. → ci-dessous Changé, cit. 73, 74. || Tout est changé, rien n'est changé.REM. L'opposition entre tout est changé et tout a changé (III.), correspond à la distinction des points de vue : résultat d'un procès ou déroulement du procès.
11 — Il me semble que (…) le cœur est du côté gauche, et le foie du côté droit. — Oui, cela était autrefois ainsi; mais nous avons changé tout cela, et nous faisons maintenant la médecine d'une méthode toute nouvelle.
Molière, le Médecin malgré lui, II, 4.
12 Je vous le dis encor, rien ne peut me changer.
Corneille, Pertharite, I, 1.
13 Propos, conseil, enseignement,
Rien ne change un tempérament.
La Fontaine, Fables, VIII, 16.
14 L'autre mois, on l'emploie à changer tous les jours
Quelque chose à l'habit, au linge, à la coiffure.
La Fontaine, Fables, VI, 21.
15 (…) Quand le mal est certain,
La plainte ni la peur ne changent le destin (…)
La Fontaine, Fables, VIII, 12.
16 Un moment a changé ce courage inflexible.
Le lion rugissant est un agneau paisible.
Racine, Esther, II, 8.
17 La jeunesse change ses goûts par l'ardeur du sang, et la vieillesse conserve les siens par l'accoutumance.
La Rochefoucauld, Maximes, 109.
18 (…) un de ces esprits remuants et audacieux (Cromwell) qui semblent être nés pour changer le monde.
Bossuet, Oraison funèbre de Henriette-Marie de France.
19 Ils changent leurs habits, leur langage, les dehors, les bienséances; ils changent de goût quelquefois : ils gardent leurs mœurs.
La Bruyère, les Caractères, XI, 2.
20 Il y a des plantes dont la nature est, pour ainsi dire, artificielle et factice. Le blé, par exemple, est une plante que l'homme a changée au point qu'elle n'existe nulle part dans l'état de nature.
Buffon, in Lafaye, Dict. des synonymes. Suppl., Artificiel…
21 (…) La misère et l'opprobre changent les cœurs (…)
Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse, I, XXVIII.
22 Pour changer un esprit, il faudrait changer l'organisation intérieure; pour changer un caractère, il faudrait changer le tempérament dont il dépend.
Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse.
23 Il y a des moments où notre destinée (…) se détourne soudain de sa ligne première, telle qu'un fleuve qui change son cours par une subite inflexion.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, I, VIII.
24 Le retard d'un courrier a rendu l'Angleterre protestante et changé la face politique de l'Europe. Les destinées du monde ne tiennent pas à des causes plus puissantes : une coupe trop large, vidée à Babylone, fit disparaître Alexandre.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, III, XIII.
25 Que peu de temps suffit pour changer toutes choses !
Nature au front serein, comme vous oubliez !
Hugo, les Rayons et les Ombres, XXXIV.
26 S'il est quelquefois possible à l'homme de changer brusquement ses institutions politiques, il ne peut changer ses lois et son droit privé qu'avec lenteur et par degrés.
Fustel de Coulanges, la Cité antique, p. 366.
27 Est-ce que ce n'était pas stupide de croire qu'on pouvait d'un coup changer le monde, mettre les ouvriers à la place des patrons, partager l'argent comme on partage une pomme ?
Zola, Germinal, t. I, IV, 4, p. 267.
28 Tirer le profit le meilleur de ce qui est : s'ingénier à l'améliorer plutôt que de chercher à le changer.
Gide, Journal, 4 juil. 1933.
29 Deux guerres, et quelles guerres, ont, en trente ans, changé la face et l'équilibre du monde (…) rien n'est plus à sa place, la valeur des choses n'est plus la même, les rapports des hommes entre eux sont bouleversés (…)
André Siegfried, l'Âme des peuples, I, p. 6.
30 La volonté change les lignes de nos mains.
Cocteau, le Grand Écart, X, p. 188.
Changer ses batteries, changer de batteries, changer son fusil d'épaule : modifier ses projets.
Changer sa voix pour n'être pas reconnu. Contrefaire, déguiser. || Changer un texte, en changer le sens. || Changer une virgule, un iota à un texte. Altérer, défigurer, déformer, dénaturer, fausser, truquer.
30.1 (…) l'article sur Lamennais écrit il y a un siècle et qui aurait pu paraître cette année, pour le centenaire, sans qu'il y ait à y changer une virgule (…)
F. Mauriac, Bloc-notes 1952-57, p. 128.
Changer la forme de son ouvrage, de son discours. Refondre, remanier, transposer.
(Sujet n. de chose; compl. n. de personne ou pron.). || Cette nouvelle coiffure vous change, vous change beaucoup, vous fait paraître différent.
Fam. || Changer les idées à qqn. Divertir. || Une promenade lui changera les idées.
5 Changer qqch., rarement qqn en… Convertir, métamorphoser, muer, transfigurer, transformer. || L'Éternel changea en sang les eaux du fleuve. || Jésus changea l'eau en vin. || Les alchimistes espéraient changer les métaux en or. Transmuer.(Abstrait). || Changer les lamentations en allégresse, la tristesse en joie, un doute en certitude. || Changer une défaite en déroute. || Changer quelque chose en plus ( Agrandir, augmenter…), en moins ( Diminuer, réduire). || Changer une peine en une autre. Commuer. || Changer qqch. en bien, en mieux ( Améliorer), en mal, en pire ( Aggraver, altérer…).Vx. || Changer (qqch., qqn) de…, en…
31 Vieillir n'est pas assagir ni quitter les vices, mais seulement les changer en pire.
Pierre Charron, De la sagesse (1601), XXXVI.
32 (…) Ne la changez pas de fière en furieuse.
Corneille, Tite et Bérénice, V, 1.
33 Leur intempérance (…) change en poisons mortels les aliments destinés à conserver la vie (…)
Fénelon, Télémaque, XIII.
34 Lorsqu'on ne peut effacer ses erreurs, on les divinise, on fait un dogme de ses torts, on change en religion des sacrilèges (…)
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, II, 3.
35 Narcissse s'aima. Pour ce crime les dieux le changèrent en fleur.
Cette fleur donne la migraine et son oignon ne fait même pas pleurer.
Cocteau, le Grand Écart, IV, p. 65.
Fam. || Changer qqn en bourrique. Tourner.
6 Changer qqch. à…, modifier un élément de (le compl. est un pron.). || Ne rien changer à ses habitudes. || Changer qqch. à sa coiffure. || Cela ne change rien à mes résolutions.Vous n'y changerez rien. || Ce que j'ai dit, je n'y changerai rien. || Cela ne change rien à l'affaire.
———
II V. intr. || Changer de.
1 (Sujet n. de personne ou de chose). Abandonner (un lieu, une situation, un milieu…) sans être soi-même modifié.REM. Ne pas confondre avec I., 3. : changer qqn, qqch. de…Il refuse de changer d'endroit, de situation, de milieu. || Changer de place : quitter un lieu pour un autre. Déplacer (se); bouger, remuer. || Changer de place avec qqn. Permuter. — ☑ Fam. Changer de crémerie : aller ailleurs. || Changer de logement. Déménager; déloger. || Changer de résidence. || Changer de pays. Émigrer, expatrier (s'). || Changer de climat, changer d'air. Passer (d'un climat à un autre). — ☑ Fam. Changer d'air : quitter un lieu (où l'on est menacé, par exemple). → Aérer (s'aérer, 2.). — Tout a changé d'allure.
35.1 (…) on ne voit rien de juste ou d'injuste qui ne change de qualité, en changeant de climat.
Pascal, Pensées, V, 294.
35.2 Ne volez plus de place en place;
Demeurez au logis, ou changez de climat :
Imitez le canard, la grue et la bécasse.
La Fontaine, Fables, I, 8.
35.3 En changeant de pays, la pudeur change de place.
Flaubert, Correspondance, t. I, p. 226.
Changer de direction, de route. Tourner (tourner bride, tourner court); détourner (se), dévier. || Changer de cap (fig. Cap). || Changer d'amures. Virer. || Changer de côté. || Changer de camp ( Camp, cit. 10 et 11).
2 (Sujet n. de personne). || Changer de : abandonner, laisser, quitter (qqch., qqn) pour une chose, une personne du même genre qu'on met, prend à la place. || Changer de cheval, de voiture. || Changer de vitesse en conduisant une auto. || Changer de gouvernement, de régime. || Les voyageurs pour Tours changent de train. || Changer de décor. || Elle a changé de coiffure. || Changer de vêtements, de linge, de chemise… — ☑ Changer de disque : remplacer un disque par un autre sur l'électrophone. Fam. Changer de sujet de conversation, cesser de se répéter. (→ Disque, cit. 3).
36 Ah ! que j'ai de dépit que la loi n'autorise
À changer de mari comme on fait de chemise !
Molière, Sganarelle, 5.
37 Pour sortir le matin tu changeas de coiffure !
Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, III, 6.
Changer d'état, d'occupation, de travail. || Il faut un peu changer de lectures. Diversifier, varier. || Il change sans cesse de sujet. Papillonner, voltiger. || Changer de style. Modifier, prendre (un autre style).
38 Je changerai de style en changeant de matière.
La Fontaine, Fables, Appendice, V.
39 (…) il n'est qu'une façon de se reposer, et c'est de changer de travail.
G. Duhamel, la Pesée des âmes, XII, p. 286.
Changer d'attitude, de caractère, d'humeur, de langage, de manières, de ton. || Changer complètement de vie, de conduite.Fig. || Changer de peau. Peau (faire peau neuve).Changer d'avis. || Il a changé d'avis, d'idée. || Faire changer qqn de résolution. Retourner, tourner. || Il change d'opinion à tout moment. Changeant, versatile (→ C'est un caméléon, une girouette); dédire (se), évoluer, fluctuer, raviser (se), rétracter (se), tourner (tourner casaque, etc.), varier, virer, voleter, voltiger. || Changer brusquement d'appréciation. → Passer du blanc au noir, souffler le chaud et le froid.
40 Il change à tout moment d'esprit comme de mode :
Il tourne au moindre vent (…)
Boileau, Satires, VIII.
41 (…) je change de langage en changeant mon humeur chagrine contre une véritable joie.
Mme de Sévigné, 598, 18 nov. 1676.
42 Quelque chose qu'on puisse faire,
On ne saurait le réformer.
Coups de fourche ni d'étrivières
Ne lui font changer de manières (…)
La Fontaine, Fables, II, 18.
43 Je ne vous dirai pas : changer de caractère
Car on n'en change point, je ne le sais que trop,
Chassez le naturel, il revient au galop.
Ph. Destouches, le Glorieux, III, 5.
44 Ce qui est honteux, c'est de changer d'opinion pour son intérêt, et que ce soit un écu ou un galon qui vous fasse brusquement passer du blanc au tricolore, et vice versa.
Hugo, Littérature et philosophie mêlées, Journal des idées, octobre.
45 En ce moment, ma résolution était prise et rien ne pouvait plus m'en faire changer.
France, le Crime de S. Bonnard, II, p. 473.
46 Mme de Fontanin avait changé d'attitude : il y avait une expression de défi sur son front élevé.
Martin du Gard, les Thibault, t. I, p. 39.
46.1 Quitter tout cela. Changer de peau. Changer de vie.
N. Sarraute, le Planétarium, p. 288.
Changer d'âme.
47 Jamais un affranchi n'est qu'un esclave infâme;
Bien qu'il change d'état, il ne change point d'âme (…)
Corneille, Cinna, IV, 6.
48 L'espoir changea de camp, le combat changea d'âme.
Hugo, les Châtiments, V, XIII, 2.
3 a (Sujet n. de chose; compl. en de, n. de chose ou de personne). Avoir, recevoir un autre caractère. || La rue a changé de nom. || La maison a changé de propriétaire. || Changer de possesseur, changer de mains.
49 Cet heureux temps n'est plus. Tout a changé de face (…)
Racine, Phèdre, I, 1.
50 (…) les seules pierres de ma bâtisse qui n'aient jamais changé d'assise et qui servent toujours.
Renan, Souvenirs d'enfance…, IV, 2.
Changer de couleur. || Des pierres, des étoffes qui changent de couleur. Chatoyer. || Changer de forme. Métamorphoser, transformer (se).
b (Sujet n. de personne; valeur passive). || Protée changeait de forme, se métamorphosait de mille manières. || Changer de peau, de poil, de voix. Muer.Changer de couleur, de visage, sous l'effet d'une émotion. Troubler (se); pâlir, rougir.
51 J'ai changé de couleur, je me suis écriée (…)
Corneille, Nicomède, I, 5.
52 (…) Qu'avez-vous ? je vous vois tout changé de visage.
Molière, le Mariage forcé, 2.
53 Vous vous troublez, Madame, et changez de visage.
Racine, Britannicus, II, 3.
54 L'homme comme un nuage erre et change de forme (…)
Hugo, la Légende des siècles, XXXVIII, Les esprits.
———
III V. intr. (Sans compl. en de). Devenir autre, différent, éprouver un changement. Évoluer, modifier (se modifier, être modifié), transformer (se), varier. || Tout change en ce monde. || Tout change, tout passe (cit. 71). || Changer en s'adaptant au milieu. || Être sujet à changer. Changeant. || Les choses ont changé. || Dans ce pays, sous ce régime, le gouvernement change tous les trois mois. Remplacer (être remplacé). || Le temps va changer. || Le vent a changé. Tourner. || Changer du tout au tout, du jour au lendemain, brusquement, subitement, à vue d'œil… || Changer suivant les circonstances.(Personnes). || N'écoutez pas ce qu'il dit, il change sans cesse (→ Les paroles du matin ne sont pas celles du soir; tantôt ceci, tantôt cela). || Un inconstant qui change sans cesse (cit. 8). || Il ne changera jamais.(Évolution physique, biologique). || Il a beaucoup changé depuis sa maladie. || Vous n'avez pas du tout changé. Vieillir. || Elle n'a pas changé, elle est toujours la même. || Elle a changé à son avantage.(Au moral). || Il a changé en bien, en mieux. Améliorer (s'), amender (s'), corriger (se). || Changer en mal. Pervertir (se). || Changer en pire. Empirer.Changer en plus. Augmenter, grandir. || Changer en moins. Diminuer, rapetisser.
55 Toutes choses changent et se succèdent.
Pascal, Pensées, II, 227.
56 Le nez de Cléopâtre : s'il eût été plus court, toute la face de la terre aurait changé.
Pascal, Pensées, II, 162.
57 Mais il n'est pas moins vrai que cet ordre des cieux
Change selon les temps comme selon les lieux.
Corneille, Cinna, II, 1.
58 Et qui change une fois peut changer tous les jours.
Corneille, la Toison d'or, IV, 3.
59 (…) nous changeons imperceptiblement, sans remarquer notre changement (…)
La Rochefoucauld, Réflexions, De l'amour.
60 (…) son visage a changé (…) ses yeux se sont animés (…)
Molière, l'Amour médecin, III, 6.
61 Un homme qui serait en peine de connaître s'il change, s'il commence à vieillir, peut consulter les yeux d'une jeune femme qu'il aborde (…)
La Bruyère, les Caractères, III, 64.
62 Tout est dans un flux continuel sur la terre. Rien n'y garde une forme constante et arrêtée, et nos affections qui s'attachent aux choses extérieures passent et changent nécessairement comme elles.
Rousseau, Rêveries…, 5e promenade.
63 Tout change dans la nature, tout est dans un flux continuel : et vous (femmes) voulez inspirer des feux constants (…) Gardez donc le même visage, le même âge, la même humeur, soyez toujours la même, et l'on vous aimera toujours, si l'on peut. Mais changer sans cesse, et vouloir toujours qu'on vous aime, c'est vouloir qu'à chaque instant on cesse de vous aimer; ce n'est pas chercher des cœurs constants, c'est en chercher d'aussi changeants que vous.
Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse, IV, XIV (note).
64 L'homme absurde est celui qui ne change jamais.
Auguste Barthélemy, Ma justification.
65 (…) c'est triste de voir les gens qu'on aime changer.
Flaubert, Correspondance, t. III, p. 372.
66 Plus ça change, plus c'est la même chose.
A. Karr, les Guêpes.
67 Aussi peu esclave des principes qu'il est possible, il (Talleyrand) était réaliste et opportuniste : « Ce n'est pas moi qui ai changé, mais les circonstances », dira-t-il après trente-cinq ans d'étonnants avatars.
Louis Madelin, Hist. du Consulat et de l'Empire, Vers l'Empire d'Occident, III, p. 39.
68 Ce que je constate surtout, devant un homme, devant un corps vivant d'homme, c'est qu'il change à chaque seconde, qu'incessamment il vieillit. Jusque dans ses yeux, je vois la lumière vieillir.
Giraudoux, Amphitryon 38, I, 5.
69 Défions-nous des « premiers plans »; tout ce qui nous y paraît grand change vite.
Gide, Journal, 1911, Feuillets.
Loc. iron. (→ ci-dessus, cit. 66). Plus ça change, plus c'est la même chose; plus ça change, plus c'est pareil : rien n'a vraiment changé, en profondeur.
Fam. et iron. || Pour changer : pour ne pas changer, comme d'habitude. || Et pour changer, il est encore en retard.
tableau Verbes exprimant une idée de mouvement.
——————
se changer v. pron.
ÉTYM. (V. 1175).
1 Se changer en : se convertir en, être remplacé par, faire place à (→ ci-dessus, I., 5.).
70 Comment en un plomb vil l'or pur s'est-il changé ?
Racine, Athalie, III, 7.
71 La seule question qu'on agite aujourd'hui consiste à savoir (…) si tout se divise continuellement, et se change en d'autres éléments.
Voltaire, Dict. philosophique, Atomes.
72 Non, elle (Mme Récamier) n'a jamais aimé, aimé de passion et de flamme; mais cet immense besoin d'aimer que porte en elle toute âme tendre se changeait pour elle en un infini besoin de plaire, ou mieux d'être aimée (…)
Sainte-Beuve, Causeries du lundi, 26 nov. 1849.
2 (1787). Changer de vêtements. || Vous êtes bien mouillé, changez-vous.
——————
changé, ée p. p. et adj. (passif).
a Emplois passifs et participiaux. || Elle est bien changée depuis sa maladie, depuis la mort de son mari. Méconnaissable. || Les temps sont changés. || Les choses sont bien changées.
73 Je (le vieillard) vous ai dit la vérité sur les temps passés; mais les choses sont bien changées à présent (…)
Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie, p. 101.
74 Alors Denise comprit que, sous la surface hypocrite et lisse de la vie familiale, rien n'était changé.
A. Maurois, le Cercle de famille, I, XI, p. 61.
b Emploi adj. Modifié. Autre, indifférent. || Elle dit, d'une voix changée… || Visage changé.Spécialt. || Nourrisson changé, dont on a changé la couche.
CONTR. Conserver, garder, maintenir, perpétuer, persévérer, persister. — Demeurer, durer, subsister. — Stabiliser.
DÉR. Change, changeable, changeant, changement, changeur.
COMP. 1. Échanger, inchangé, interchangeable, rechange, rechanger.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • changer — CHANGER. v. a. Quitter une chose, s en défaire pour en prendre une autre à la place. Il a changé sa vieille vaisselle pour de la neuve. Il a changé ses tableaux contre des meubles. Changer un louis pour de l argent blanc, pour de la monnoie. Je… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • changer — Changer, Commutare, Demutare, Immutare. Changer quelque chose avec aucun, Mutare aliquid cum aliquo. Changer et innover, Nouare, Innouare. Changer et muer, Emutare. Changer et tourner en autre nature ou couleur, Mutare. Changer les clefs,… …   Thresor de la langue françoyse

  • changer — Changer. v. act. Quitter une chose, s en defaire pour en prendre une autre en la place. Il a changé sa tapisserie pour des livres. il a changé sa vieille vaisselle pour de la neuve. je ne veux pas changer avec luy. elle vous a donc changé pour un …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Changer — Chan ger, n. 1. One who changes or alters the form of anything. [1913 Webster] 2. One who deals in or changes money. John ii. 14. [1913 Webster] 3. One apt to change; an inconstant person. [1913 Webster] 4. an electronic device which changes one… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • changer — [chānj′ər] n. 1. a person or thing that changes something 2. short for RECORD CHANGER 3. a device that automatically sets compact discs in position for playing in succession, as from a carousel tray or slotted magazine cartridge …   English World dictionary

  • changer — index dealer Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • changer — (chan jé ; le g prend un e après lui devant a ou o : nous changeons, je changeais) v. a. 1°   Céder une chose pour une autre, prendre en échange. Changer son habit pour celui d un autre. Changer du vin contre de l huile. •   Il y a des maladies… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • CHANGER — v. a. Céder une chose pour une autre. Il a changé sa vieille vaisselle pour de la neuve. Il a changé ses tableaux contre des meubles. Changer une pièce d or pour de l argent blanc, pour de la monnaie. Je ne veux pas changer avec lui. Prov. et fig …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • CHANGER — v. tr. Céder une chose contre une autre. Il a changé ses tableaux contre des meubles. Absolument, Je ne veux pas changer avec lui. Prov. et fig., Changer son cheval borgne contre un aveugle. Voyez AVEUGLE. Il signifie particulièrement Convertir… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Changer — Not to be confused with Changers, the Wildstorm characters, or Changer, the fantasy novel by Jane Lindskold Changer Origin Akureyri, Iceland Genres Death metal, metalcore Years active 1999−present …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.